Google+

mercredi 10 octobre 2012

Mega Team Bospots

Le mois de Juillet est, pour un groupuscule de bospoteurs intégristes, synonyme de la mégavalanche à l’alpe d’huez. Depuis 2 ans, Rémy, moi même et cette année - pour la 1ère fois (mais pas la dernière:-) - Ben, participons à cette course désormais mythique : La Mégavalanche.

Cette course de descente marathon est précédée pour nous, d’une semaine de ride intensif sur les piste de l’alpe d’huez et de ses environs. Nous voilà donc tout les 3 partis à l’assaut de ses paysages de rêve avec nos spads, bichonnés et préparés pour l'occasion et des les 1ers jours on se rend compte du niveau très relevé cette année en observant certains riders (dont pas mal de pros ou de sponso!).


Les parcours s’enchainent entre pierriers, prairies avec des grands virages relevés, modules de bike park, et forêts de sapins avec leurs piégeuses racines!
Malgrès une bonne chute pour moi et quelques soucis techniques, finalement réglés à grands coups de portefeuille, le séjour se passe à merveille, dans une ambiance exceptionnelle. l’esprit «bike, beer, repeat» de bospots poussé à son paroxisme!
Nous passons toute nos soirées au freeride café, ou le staf nous a tout les soirs réservé un accueil VIP. Ce bar très convivial est aussi un repère de bikers, et nous
tissons des contact avec des pilotes complètement déjantés, tant sur leurs vélos que sur le dancefloor de «l’igloo» (discothèque, suite logique du freeride café).

 Vendredi : jours des qualifs La méga est une course qui se coure en 2 temps : Le départ des qualifs est donné le vendredi matin, par vagues de 200 riders classés par numéro de dossard, ce qui nous donne l’occasion de partir tout les 3 ensemble. De ce run d’environ 20 à 30 minutes, sera déterminé la catégorie dans laquelle chaque rider va concourir, le samedi ou le dimanche Rémy, cette année encore a envoyé du très lourds et arrache une jolie qualif en challenger, à quelques places des top pilotes!! Ben, pour sa toute première participation à ce genre d’évènement, réussis à aller chatouiller les amateurs. Quand à moi, ça sera, comme l’an dernier, une course à la cool chez les affinity 1.

Samedi : Jour J pour Rémy et moi Le départ de masse des challengers se fait sur la neige et sous un beau soleil, par
4°!! La portion de neige est bien plus importante que l’an dernier, et malgré la difficulté technique de l’épreuve, Rémy prends un très bon départ.
Malheureusement, arrivé dans le pierrier, il fait une mauvaise chute qui lui ravive ses vielles douleurs de rider en kit, et il prend la décision de m’attendre pour faire la course à 2. Je rencontre donc Rémy en arrivant sur le pierrier que l’on arrive à passer ensemble tant bien que mal. Mais en arrivant sur le haut de la station de l’Alpe, Rémy préfère abandonner, les douleurs étant trop importantes. C’est sur cette portion assez physique qui dévale vers les remontées mécaniques que j’arrive à rattraper pas mal de concurrents. Viens après la partie que l’on a baptisée disneyland pendant la semaine, tant les virages relevés sont ludique. En arrivant sur la station de Oz en Oisan, le paysage se fait plus forestier, avec un single de rêve au milieu des sapins. Malgré la terre devenue du sable et la poussière, l'adhérence est suffisante pour se faire bien plaisir. Cette partie d’une dizaine de km entre Oz et l’arrivée à Almond est celle que j’ai préféré, du caviar! à Almond, je suis attendu par mon comité d’accueil composé de Ciji, Eve (ma chérie) et Ben... comme ça fait plaisir de les voir après plus d’une heure trente de ride extrême! Bien évidement j’aurais préféré franchir la ligne d’arrivée avec Rémy, mais les lois du vélo de montagne sont implacables!!

 Dimanche : au tour de Ben
Dimanche matin, aux aurores, alors que la nuit a été (très) courte pour certains, Ben s’élance pour sa course de VTT, alors que nous attaquons notre course... au rangement! Eh oui, une semaine de vie de patachons à 3 ça laisse des traces dans un appart de 25m2!! D’après nos calculs, nous déterminons l’heure à laquelle nous pourrons voir Ben sur une des seules portions vraiment physiques du tracé. On se postes donc dans cette petite côte en mode «tour de France», et commençons à guetter Ben. Pour sa première participation, on se demande bien dans quel état il va passer devant nous. et soudain, miracle, une machine à pédaler, un (tout petit) monstre mi homme, mi Blur fait son apparition devant nous. La côte ne semble qu’un détail pour lui, qui se paye même le luxe de se marrer, là ou certains font vraiment pitié à voir!! Vraiment trop fort ce Ben!! Il nous dira après que la suite du parcours : Disneyland, Oz, la Forêt de sapin, a été avalée sans difficulté. Tellement tranquille même, que lorsque nous arrivons à l’arrivée, c’est un Ben tout beau tout propre, et restauré qui nous attend.

 Voilà, cette arrivé à Almond, sonnait le glas de cette semaine magique, pendant laquelle tout les ingrédients ont été réunis pour nous faire des souvenirs impérissables, à la sauce bospots.
Les voitures chargées, les vélos démontés, je prends la route du sud pour continuer mes vacances en famille, alors que Ben et Rémy embarquent direction Paris pour aller bosser, loin des pistes, loin des paysages grandioses que nous offre la montagne, et loin du freeride café!